marrying the mafia 2

Publié le par SaphiraParker

Comme son nom ne l'indique pas, ce n'est absolument pas la suite du premier:

Les protagonistes sont différents,et la situation est quelque peu inversée: le fils aîné d'une très importante famille mafieuse tombe fou amoureux d'une femme procureur. Dès qu'il découvre la profession de sa belle, il va s'évertuer à se reconvertir dans une profession honnête, mais c'est compter sans sa famille et les ennemis de celle-ci, qui n'entendent pas le laisser tranquille.

Dans cet opus, le burlesque remplace la subtilité dans le domaine du comique, mais les gags font mouche. Les scènes de combats sont un peu plus élaborées et surtout plus nombreuses. Heureusement que le ridicule ne tue pas, autrement, les deux héros seraient morts des 10aines de fois dans le film.

Un intérêt tout particulier aux actrices féminines qui apportent du piment avec des personnages haut en couleur:

 L'héroïne d'abord, femme procureur, très fière de sa profession, très confiante (un peu trop en fait, elle se met facilement dans des situations compliquées de ce fait) aussi belle que sévère, sans imposer au héros de quitter la mafia, elle lui dit cependant que si l'occasion se présente, elle n'hésitera pas à l'arrêter.

La mère du héros: mère de trois garçons (dont un franchement débile), elle est avant tout à la tête de la famille, ayant succédé à son époux. Crainte et respectée de tous, elle profite de sa position dès qu'elle le peut

 La femme du benjamin: ancienne terreur de son lycée, elle se pose en épouse modèle, mais n'hésite pas à jouer des points pour remettre son volage de mari sur le droit chemin,ou pour servir la famille. Elle est entièrement dévouée à sa belle-mère.

Bémol, l'élément dramatique est ici un peu trop fleur bleu (les seuls obstacles des héros concernent directement leur relation, et sont dépeints au travers de l'un des deux en train de pleurer...limite pitoyable)et du coup, beaucoup moins efficace. Remarque : l'acteur héros du premier fait une apparition clin d'oeil

ma note : 7/10



Publié dans cinéma asiatique

Commenter cet article