La loi et l'ordre

Publié le par SaphiraParker

Affiche américaine. Emmett/Furla Films

 A l’image de Heat, on réunit les « deux grands », à la différence qu’ici, ils sont du même côté… du moins, c’est ce qu’ils sont supposés être.

 Le film a pour narrateur l’un des deux, qui explique pourquoi et à partir de quel moment il a décidé qu’être flic n’était pas suffisant, qu’il DEVAIT tuer tous ceux que le système n’est pas parvenu à condamner.

 Véritable casse tête, on est très troublé car le narrateur donne des noms, et que tous les personnages ont des surnoms, on ne sait donc jamais qui est qui.

 La pression est très grande dans ce film où 4 flics enquêtent sur un tueur en série, persuadés que ce tueur est lui-même un flic, mais n’ayant aucune preuve pour accusé l’un plutôt qu’un autre.

 Une participation « intéressante » de 50cent dans le rôle d’un gros dealer, la présence pour mon plus grand plaisir de Donnie Walberg et de John Leguizamo, tous deux excellents acteurs, mais jusqu’à présent toujours cantonnés aux séries télé (le célèbre et controversé Boomtown pour le premier, quelques épisodes d’Urgences pour le second, ainsi qu’un rôle un peu moins « discret » dans Phenomen avec le grand frère du premier, avant d’être tous deux réunis pour la mini série Kill point).

 Ainsi que la belle Carla Guguino, vu notament dans la série Karen sisko ou  dans une nuit au musée ou encore la série écourtée Treshold, premier contact.

 L’imbrication des personnages, le jeu du chat et de la souris sont très bien orchestrés, et même si le suspense ne nous tiens pas jusqu’au bout, il tient un bon moment et c’est suffisant. Pour moi un très bon thriller

Ma note : 8/10



Publié dans cinéma en général

Commenter cet article