Revolution

Publié le par morgane-chan

Synopsis:

Un beau jour, ou plutôt, une belle nuit, on ne sait pas pourquoi, tout ce qui fonctionnait grâce à de l'électricité, quelque soit sa forme (batterie, courant haute tension, générateur...) tout a cessé de fonctionné. 15 ans plus tard, la vie a repris son court, mais beaucoup de choses ont changées. La principale: Il n'y a plus de United States of America. A la place, il y a plusieurs républiques, qui n'ont d'ailleurs de républiques que le nom, car elles sont gouvernées par celui ou celle qui a pris le pouvoir à cet endroit. Dans la partie qui nous intéresse, le général Monroe est au pouvoir, et il l'assoit grâce à sa milice, musclée, armée, et sans pitié.... Monroe demande à ses hommes de lui ramener le scientifique Ben Matheson, qu'il pense responsable du black out. Mais la "déscente" tourne mal: Ben est tué après que son fils a ouvert le feu sur les hommes de la Milice. il est donc emmené à sa place. Juste avant de rendre son dernier souffle, Ben confie une mission à sa fille: retrouver son oncle Miles, à Chicago, car lui seul est capable de ramener l'adolescent en vie. Un voyage commence alors pour la jeune fille.

 

Un voyage....une épopée oui!!!

Alors, oui, J.-J. Abrahms, Eric Kripke, je ne peux que aimer, et dès le premier épisode, je ne pouvais m'empêcher de crier au génie, au miraculeux, au chef d'oeuvre....

Mais bon, laissons un peu de place à l'honnêteté et à l'objectivité qui me tiennent tant à coeur: Ca a mis un certain temps à démarrer quand même!!! Bien sûr, c'est un peu normal de prendre du temps, car quand même, il faut poser les bases du postulat de départ, nous donner quelques indices sur ce qu'a été la vie depuis le black out, installer les personnage qu'on ne voit pas, mais qui sont importants (la mère des deux ado, le général Monroe, l'oncle...)

Ce voyage prend donc rapidement le visage d'une véritable épopée, car chaque pas que les personnages font pour sauver le petit frère, est un pas de plus vers une mort quasi certaine: ils sont recherchés par toute la Milice, et rares, très rares sont les gens qui peuvent ou veulent les aider.

Mais assez parler de l'histoire, passons aux personnages.

Contre toute attente, Billy Burke, que pour ma part j'ai trouvé détestable dans les Twilight (et oui, monsieur n'est autre que le papa de Bella Swan!), et carrément pire dans le chaperon rouge, il est ici un leader naturel et charismatique, un combattant impressionnant et redouté, craint même. Les scènes de combat sont crédibles, et franchement, moi je les trouve "belles". Après tout, en l'absence, pas absence mais présence très très réduite, d'armes à feu, les combats sont au sabre, et c'est beau un combat au sabre.

Par contre David Lyons, au contraire, n'a pas évolué depuis Urgences ou plus récemment, the cape (qui d'ailleurs n'a eu qu'une seule saison, y a bien une raison, même si moi, je me marrais bien sur cette petite série) Son jeu est plat, son personnage est sans relief, prévisible, peut être mal écrit?

Elisabeth Mitchell, vue entre autre, dans Lost et V nouvelle version, je n'arrive pas à me prononcer. par moment je suis bluffée par son jeu et je me laisse complètement emporter, et par moment, j'ai limite l'impression de m'endormir. Mais la encore, je pense que l'écriture y est aussi pour beaucoup.

Tracy Spiridakos, que je ne connaissais pas avant, est comme son personnage: elle grandit et mûri à chaque épisode. Elle colle très bien au personnage, jeune et impulsive à cause de son jeune age, elle est forcée d'évoluer et de changer son comportement, pour survivre en fait. Par moments, elle me rappelle Katniss de Hunger Game, en moins têtue, et surtout, moins égoïste.

Les personnages secondaires sont bien écrits, réalistes, autant qu'il est possible d'être réaliste dans une telle histoire.

 

J'aime vraiment beaucoup cette série, avec ses lenteurs, avec ses incohérences, ses personnages

extrêmes, mention spéciale à Giancarlo Esposito, vu pour ma part dans once upon a time, qui est absolument bluffant, autant dans son interprétation ante ou post black out

Revolution

Publié dans TV Show

Commenter cet article