Pride

Publié le par SaphiraParker

 Titre: Pride

 Japon 2004 

 Casting:

 # Kimura Takuya: Satonaka Halu

# Takeuchi Yuko: Murase Aki

# Sakaguchi Kenji: Hotta Yamato

# Ichikawa Somegoro: Ikegawa Tomonori

# Sato Ryuta: Shimamura Makoto

# Nakagoshi Noriko: Aizawa Yuri

# Megumi: Ishikawa Chika

# Ishida Yuriko: Yoko

# Sato Koichi: Hyodo Yuichiro

# Takizawa Saori: Sonoda Saeko

# Namioka Kazuki: Nishida Naritoshi

Synopsis:

 Halu est le capitaine d’une fameuse équipe de Hockey. Afin de mieux se consacrer à son sport, il refuse de s’investir dans une relation amoureuse. Aki travaille dans la société qui détient l’équipe en question. Attendant depuis deux ans le retour de son fiancé parti à l’étranger pour son travail, elle accepte le contrat que lui propose Halu :être ensemble, sans sentiments, sans attaches, jusqu’à ce que le fiancé d’Aki revienne ou qu’Halu se lasse. Mais les sentiments, ça ne se commande pas….

 Après avoir visionné le premier épisode, Je suis à la fois super déçue et super emballée. Déçue parce que dans ce pilote, le hockey n'est vraiment qu'un support à l'histoire. Contrairement à Rookies où le base ball est presque un personnage. (Pas que je sois fan de hockey, mais j'espérais que comme beaucoup de mangas sur ces sports un peu particuliers (parce que pas répandus en France) que sont le Foot Us, le base ball et le hockey, Pride nous montrerais l'envers du décors et nous permettrait de mieux comprendre cet univers.

 En même temps, je suis super emballée par l'histoire un peu particulière qui se tisse entre Halu et Aki. et puis ces deux perso m'ont surprises. Halu d'abord, le héro beau gosse. Ben il est pas beau, mais il dégage quelque chose. Une sorte d'aura ou je ne sais quoi. Une attitude mega coolicime qui le rend juste craquant. Aki, elle, semble ultra banale au premier abord, mais on devine vite qu'en fait sous ses airs de fille naïve et fragile, se cache une fille forte et débrouillarde à l'image de l'héroïne d'Hana yori dango vivement que je puisse regarder la suite!

 Au fur et à mesure des épisodes, mon impression se confirme : le hockey n’est pas le héros de ce drama. A l’image d’un grey’s anatomy où ce qui les réunit c’est la médecine mais qu’au final, on ne les regarde pas parce qu’ils sauvent des vies, mais parce qu’ils ont une vie.

 Sorte de « Orgueil et préjugés » des temps modern, Pride, c’est avant tout beaucoup de romance. On voit certains personnages évoluer, devenir mûrs ou simplement nous raconter leur passé, le pourquoi de leur vie actuelle, mais tout tourne autour de la romance entre Halu (le printemps) et Aki (l'automne). Ce drama, c’est beaucoup de poésie, beaucoup de rêverie, la série pour midinette (ou trentenaires déprimées, au choix) par excellence. Bien plus mûr qu’un Bridget Jones, mais moins dramatique que la série britannique inspirée du roman de Jane Austen(les tabous du 18è siècle en moins, certes, mais les japonais sont largement aussi « prudes »), Pride est vraiment agréable à regarder…quand on est une fille !

Perso, je suis complètement en apnée en attendant la fin. Pour les filles (ou les femmes) qui trouvent que la vie manque de poésie, vous devriez tester ! Ma note: 8/10 (10épisodes sur 11 de visionnés).



Publié dans Drama

Commenter cet article