la mort en ligne (chakushin ari, le film)

Publié le par SaphiraParker

Shinichi Tsutsumi et Kô Shibasaki. Metropolitan FilmExport

Ayant vu le d'abord le troisième opus (et en VO en plus) et ayant été très déçue, je ne m'attendais absolument pas à apprécié le premier (qui plus est, en français)

Ce film ne déplace pas des montagnes, mais l'atmosphère pesante est là. Il faut attendre un bon moment avant de réellement commencé à avoir "peur"( pour ma part, après le troisème meurtre) ce qui correspond également au moment où le film prend son sens en fait. Les plans sont sombres, la musique également, les personnages sobres...mais les premières morts sont trop "attendues". Il n'y a aucun effet de surprise (bon, peut être que si je n'avais pas vu la série avant le film, j'aurais été un peu plus atteinte...)Le troisième meurtre est tout aussi attendu, mais sa mise en scène est beaucoup plus poussée(d'ailleurs, la même scène est entièrement reproduite dans la série, mais bien que plus impreignée par la mise en scène de la série, j'ai été plus "marquée" par le meurtre en lui même dans le film)

A partir de ce moment, on se laisse entrainer par le scénario. Le pourquoi du comment commence à poindre son nez, de manière des plus angoissante. Plus on approche de la résolution, plus on se pose des questions (notamment sur la survie des perso principaux.) Une fois le huit clos enfin instalée, l'atmosphère passe de pesante à insupportable, on passe d'angoisse à terreure (enfin presque), le sugestif devient concret. La seconde partie du film est vraiment intense, peut être un peu trop en fait, du cou, comme souvent, on se retrouve face à une fin totalement baclée.....dommage. Quelque part, ça veut aussi dire qu'il va falloir que je vois le deux, en espèrant qu'il soit plus proche du premier que du troisième

Ps: comme ça au moins je sais enfin c'est quoi les petites boules rouges qui sortaient de la bouche des victimes dans le troisième film!

Ma note:je vais mettre 7/10, parce que j'ai quand même bien sursauté!



Publié dans cinéma asiatique

Commenter cet article