A moment to remember

Publié le par SaphiraParker

Réalisé par John H. Lee, ce magnifique drame coréen est emmené par la pétillante Son Ye-Jin, vu dans the art of seduction.

Synopsis:Une jeune femme de carrière, Kim Su-jin, dont le père est chef de chantier, se fait délaisser par son petit ami marié et décide alors de l'oublier. Le soir même, elle tombe sur un pauvre charpentier, Choi Chul-soo , travaillant pour son père et dont le but dans la vie est de devenir architecte. A plusieurs reprises, leurs chemins se croisent et finalement ils tombent amoureux. Le père de Kim Su-jin n'accepte pas dans un premier temps que sa fille sorte avec un "pauvre" jeune homme mais ils finiront tout de même par se marier. Tout va pour le mieux, ils s'entendent à merveille et prévoient de bâtir une nouvelle maison. Cependant Su-jin est doit faire face à l'indéniable fait qu'elle a une maladie lui faisant perdre la mémoire. Sa relation avec Chul-soo devient alors de plus en plus difficile... (Source : Mononoke)

Sorte de "love story" coréen, ce film est d'une beauté renversante... Bien que très fleur bleue, il ne tombe dans aucun cliché. Les bons moments du couple sont purs moments de bonheur, on en partage chaque seconde avec joie. C'est un régal de les voir si amoureux, si confiants l'un en l'autre. Même s'ils traversent des tempêtes comme tout un chacun, leur façon de se retrouver est tout simplement magnifique...Ca donne envie d'être amoureux....(/me se perd dans ses pensées.....) oh pardon! Les personnages sont beaux, et encore plus beaux quand ils sont ensemble. Les acteurs rayonnent, ils transpirent l'amour de leurs personnages, j'ai rarement vu l'amour mieux interprèté à l'écran (à part peut être Scarlette dans autant en emporte le vent). Lorsque Son Ye-Jin regarde Jeong Woo-seong, elle semble voir réellement l'amour de sa vie, l'homme de ses rèves. Ses yeux pétillent et transpirent la joie de vivre, le bonheur.... Il en va de même pour lui, lorsqu'ils se mettent à chahuter, on voit très nettement deux enfants......bref...

Les moments de détresses sont purs supplices..j'ai énormément pleuré (quoi? j'ai la larme facile? donc je ne suis pas une référence? c'est pas faux...Mais là, c'est simple, j'ai pleuré pendant presque toute la seconde partie du film!) La détresse des personnages dépeint sur l'atmosphère générale du film. c'est un vrai drame, pas une simple histoire d'amour un peu triste. La détresse est presque palpable, et c'estt d'autant plus dur à supporter que tous les personnages la ressente, que ce soit la famille très présente de l'héroïne, ou celle au contraire "absente" de son mari. Ce n'est que douleur et compassion, tentative de secours, oui, mais comment? On les plaint, on souffre avec eux, on aimerait leur tendre une main secourable, on tuerait pour avoir la réponse à leur mal..... Oui mais voila, nous sommes coincés dans la réalité sans pouvoir leur venir en aide, alors on redevient égoïste l'espace d'un instant, et on se met à prier.....qu'aucun de nos proches n'ait à endurer ça.

La leucémie de love story était difficile à supporter à l'époque. Mais la science  afit des progrès, et a rendu cette situation aussi dramatique soit elle, un peu plus rare, et un tel dénouement reste faute à pas de chance. Mais ici, il s'agit d'un mal bien plus obscure: Alzeihmer... Comment voir la personne que l'on aime plus que tout oublier peu à peu qui nous sommes?

Ce film m'a émue, touchée, perubée, blessée, heurtée.....Mon seul bémol concerne le passé des protagonistes, il aurait peut être un peu plus détaillé (quoi que? ce qui me dérange en fait, c'est que ma petite personne n'a pas bien compris quel était exactement l'emploi de l'héroïne) mais je l'ai vraiment beaucoup aimé.....ma note:10/10



Publié dans cinéma asiatique

Commenter cet article