Ichi rittoru no namida

Publié le par SaphiraParker

Titre Original : Ichi Ritoru No Namida
Titre Anglais : 1 litre of tears
Réalisé par Riki Okamura – 2005- Japon


Casting

* Asae Oonishi dans le rôle de Aya Kito
* Yoshimi Ashikawa
* Naohito Fujiki dans le rôle de Hiroshi Mizuno
* Ryô Hashidume dans le rôle de Keita Nakahara
* Takanori Jinnai dans le rôle de Mizuo Ikeuchi
* Kazuko Kato dans le rôle de Madoka Fujimura
* Saori Koide dans le rôle de Mari Sugiura
* Kana Matsumoto dans le rôle de Saki Matsumura
* Kenichi Matsuyama dans le rôle de Yuji Kawamoto
* Ani Miyoshi dans le rôle de Rika Ikeuchi
* Momosuke Mizutani dans le rôle de Kohei Onda
* Riko Narumi dans le rôle de Ako Ikeuchi
* Ryo Nishikido dans le rôle de Haruto Asou
* Yuma Sanada dans le rôle de Hiroki Ikeuchi

 

Synopsis

 

Ce drame poignant raconte l’histoire vraie de Aya Kito, une adolescente de 15ans qui à force de petits accidents attribués à de l’étourderie, découvre qu’elle atteinte d’une maladie dégénérescente. Son équilibre fragile lorsqu’elle se déplace laissera bientôt place des symptômes bien plus graves. Préparée dès à présent à la perte progressive de sa motricité et de son autonomie par la très attentionnée docteur Nakahara, elle devra se battre chaque jour que Dieu fait contre cette affreuse maladie, qui ne connaît à ce jour aucun traitement.

 

 

Que vous dire, si ce n’est que ce film est magnifique ? Même si par moments l’actrice peut paraître peut crédible, c’est en fait tout simplement parce que c’est la même actrice qui joue Aya à 15ans et à 20ans, donc forcément, pas très crédible en collégienne. Toute fois, son interprétation est remarquable. Asae Oonishi nous transmet de manière magnifique le courage et la volonté de cette jeune femme combattante.

Il n’y a pas grand-chose à dire : comme son nom l’indique, c’est un film triste, et donc on pleure. Je dois avouer que j’ai été étonné en découvrant que cette jeune femme a vécu si longtemps avec cette maladie, car, de ce que j’en savais, ce genre de maladie est fulgurante, et plus elle se déclenche tôt, pire c’est. Mais il existe de nombreuse « variété » et c’est sûrement différent pour toutes.

Je le recommande si vous voulez en savoir plus sur ce type de maladies (c’est entre autre pour ça qu’existe le téléton tous les ans), ou si vous avez une attirance toute particulière pour les drames très  tristes et très poignants. On ne pleure pas tout du long non plus, mais les rires sont rares.

J’aime à penser que le drama, plus détaillé, le sera un peu plus, car en théorie, ils ont du avoir le temps de s’attarder sur les moments joyeux de Asae Oonishi

Ma note pour ce film : 7/10 : quelque chose m’a gênée dans l’image, elle fait très vieille et abîmée, bien trop pour un film qui ne date que de 2005. Mais je ne m’essayerais pas au drama.



Publié dans cinéma asiatique

Commenter cet article