détention secrète

Publié le par SaphiraParker

Affiche américaine. Quand les dirigeants sont contrôlés par la paranoïa, les autres n'ont qu'à s'aligner..Un peu le principe de la frappe préventive, on n peut rien y faire: si celui qui tient le fusil décide de tirer, il est difficile de l'en empècher...

c'est un très beau film...c'est vrai. Chaque personnage y a son intétret, même les personnages secondaires. Pour moi, l'acteur incarnant l'ami de Fac de reese withersponn tire son épingle du jeu. Il est brillant dans ce rôle de pion qui se débat entre sa conscience et son "devoir", au même titre que le petit agent de la CIA représentant les Etats Unis.

Meryl Streep est comme à son habitude totalement convaincante dans son rôle de dirigeante autoritaire et froide, dont la "mission" passe avant tout le reste.Jake Gyllenhaal,lui, nous propose ici une interpretation en dents de scie, que je pense imputable au scénario, qui ne lui donne pas la possibilité de s'exprimer aussi bien que dans Zodiac par exemple.Ce n'est en effet que dans la seconde partie du film qu'il prend réellement possession de son personnage, bien que certaines interventions de la premières parties soient particulièrement intenses (notament quand il s'oppose à l'autorité du puissant Abassi, dont il avait semble t il si peur).Il n'en est pas de même pour Reese Witherspoon, son personnage est lui très approfondi sur le côté du ressenti. On ne connaît pas son passé (d'ailleurs on n'a en fait les antécédents d'aucun protagonistes), mais comprend ce qu'elle ressent, on le ressent presque avec elle. L'émotion passe tout à fait. De même, Omar Metwally est d'une crédibilité déconcertante dans le rôle du pauvre professeur accusé de terrorisme.

Mais ce qui m'a le plus touché dans ce film, c'est la façon dont il est monté, un peu comme un puzzle, dont les pièces s'emboîtent parfaitement, pour nous emmener au final à un endroit qu'on devine, mais c'est le cheminement pour s'y rendre qui m'a surprise. Le couple de jeunes amoureux est crédible, nullement fleur bleue, au contraire, leur détresse dans leur amour est palpable. Cet espèce de Roméo et Juliette en toile de fond se marie bien avec l'intrigue principal, ne la dénature pas, ne la polue pas. Bravo à Gavin Hood pour ce très bon film.

Ma note 8.5/10



Publié dans cinéma en général

Commenter cet article