Gun Crazy épisode un

Publié le par SaphiraParker

Titre : Gun Crazy: Episode 1 - A Woman from Nowhere
Réalisé par Atsushi Muroga
Japon – 2002 - Action
 

Casting

* Ryoko Yonekura dans le rôle de Saki
* Shingo Tsurumi dans le rôle de Mr. Tojo
* Takeshi Yamato       
* Shun Sugata       
* Takashi Ukaji

Synopsis

 Saki arrive incognito dans une petite station balnéaire sans prétention, oubliée de tous et restée plus ou moins sous le joug des américains. D’ailleurs, les soldats américains y font ce qu’ils veulent, tous reconvertis en mercenaires à la solde de Monsieur Tojo, dont tout le monde a peur. Les chasseurs de primes se sont succédés, mais aucun n’est parvenu ne serait ce qu’à inquiéter Monsieur Tojo, et tous sont morts. Mais Saki est différente : elle n’a pas peur de lui, et semble être motivée par autre chose que l’argent. Parviendra t elle à ses fins ?

 Bon, désolée pour la petite ouverture hyper bateau. Le fait est que ce film est le pire navet que j’ai vu depuis longtemps (et pourtant, j’en ai vu). Alors, oui, je dirais, digne d’être classé en série Z, mais bien que n’ayant pas vu le dernier tarrentino qu’il a voulu volontairement inutile et ridicule, je suis sûre qu’on en est loin.

 D’abord, c’est un film qui date de 2002, donc relativement « récent » tout de même. Bien après toute la fournée des Die Hard par exemple. Ben pourtant c’est pareil : énoooormément de fusillades, complètement inutiles bien entendu, et surtout, complètement suréalistes. Exemple : dans une scène « calme » on voit ce brave monsieur Tojo ne tirer que 3 coups avec sont révolver avant de recharger (de toute façon, tout le monde sait qu’un revolver à barillet, c’est six coups grand max), ben non, dans la scène suivante, il arrive à en tirer une bonne dizaine. Pas grave, on mettra ça sur le coup de l’adrénaline.

 Arf, y a pas d’adrénaline !

 Le réalisateur de ce film, très probablement à très très très petit budget, a semble-t-il prit pour jouer les soldats américains, des occidentaux de 4ème génération (donc nés et élevés au japon, et ne parlant QUE japonais), voire des étudiants étrangers…ne parlant pas anglais ! C’est un truc de fou : les américains parlent plus mal anglais que les japonais ! Vu qu’un bon quart des dialogues sont en anglais, ça casse le rythme, et pas qu’un peu. Ajoutez à ça le surplus d’hémoglobine absolument hallucinant, et surtout, garanti 100% ketchup, et vous obtenez une bonne partie de rigolade. Malheureusement, moi, ça ne me fait pas tant rire que ça, ça m’a plutôt donné envie de pleurer.

 Heureusement, contrairement à beaucoup de films de ce genre, Gun Crazy a un semblant de scénario. Complètement embrouillé, certes, mais qui tient la route, et qui est même presque « intelligent » et intéressant. La conclusion, bien que beaucoup trop spectaculaire, est bien tournée, on a toutes les réponses, ni trop vite, ni trop lentement (pour une fois que je ne crie pas à la fin bâclée !), et en cherchant bien, on trouve même un peu d’émotion.

 Ma note ? hum…. Je vais dire 3/10, juste parce que la fin tient la route.

Donc si vous aimez le sang au ketchup, les flingues jamais à court de munition, les gens qui tirent 72 balles à bout portant mais qui n’arrivent quand même pas à viser juste, ou encore, les mecs troués de balles, mais qui ne meurent jamais, ben allez y, faites vous plaisir. Les autres, passez votre chemin, voire faites un détour.

 Pour info, il y a 2 autres volets, pas sûre que je prenne la peine de les regarder.

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié dans cinéma asiatique

Commenter cet article