Sex and the city

Publié le par SaphiraParker

Affiche américaine. HBO Films

Un régal !.....

Souvent, lorsqu’une série passe au cinéma, on a droit à une histoire qui n’a rien à voir, qui ressemble plus à une spin-off qu’autre chose. Ici, ce n’est absolument pas le cas. Sex and the city, le film, c’est VRAIMENT la suite. D’abord, les personnages sont toujours là, mais on ne les retrouve pas statiques, ils ont poursuivi leur évolution Hors Caméra : l’univers ne s’est pas arrêté de tourner.

C’était à mon avis important de ne pas reprendre le film exactement là où la série s’était arrêtée, vu qu’il s’est passé quelques années entre la fin de la série, et le tournage tant attendu. Dans la bande annonce, on nous dit que rien n’a changé. Et pourtant, tant de choses ont changées ! La saison 6 sonnait un nouveau départ pour nos quatre héroïnes, le film ne nous montre pas ces quelques années, juste nous le laisse supposer. On voit qu’elles se sont éloignées, mais pas perdue de vue. Bref, ne dévoilons pas tout

Pourquoi j’aime tant ce film ? Parce que, même si je ne suis pas Carrie Bradshaw, et que mes amies ne sont pas Charlotte, Samantha et Miranda, j’espère sincèrement que notre amitié durera aussi longtemps que la leure.

Dans une moindre mesure, j’ai beaucoup apprécié le personnage de Jennifer Hudson, Louise, qui représente l’espoir, mais aussi, la relève.

Jennifer Hudson. Metropolitan FilmExport

Selon moi, Jennifer Hudson ne s’est pas privé de faire à Sarah Jessica Parker ce qu’elle avait déjà fait à Beyonce dans Dream Girl : lui voler la vedette ! Son interprétation est splendide, à la fois simple et grandiose, tellement naturelle. Jennifer Hudson ne joue pas Louise, elle EST Louise.

Pour finir, j’ai entendu nombre de gens dire que le film avait perdu un peu de l’esprit de la série. Mais d’abord, comme cela a été répondu : le film ne s’adresse pas au même public, il n’est pas diffusé que tard le soir, il doit être visible par tout un chacun, donc oui, il y a moins de mots « vulgaires ou trash », oui, il y a moins de scènes dénudées, mais l’humour est là, ainsi que la détresse, la complicité, et surtout, surtout : LE GLAMOUR.

Sarah Jessica Parker. Metropolitan FilmExportCarrie Bradshaw est plus glamour que jamais, le brun lui va magnifiquement bien, ses robes sont à tomber, plus particulièrement la fameuse robe de mariée Viviane Westwood (robe qui à elle seule a achevé de me convaincre que oui, je veux me marier, mais que je veux un grand mariage, avec une très, très belle robe).

Vive Viviane Westwood! Vive Manolo Blanick! Vive Carrie Bradshaw! Ma note : 8/10



Publié dans cinéma en général

Commenter cet article