The Chaser

Publié le par SaphiraParker

 

the-chaser.jpg

Titre : The Chaser

 

Titre original : Chugyeogja

 

Réalisé par Na Hong-Jin- Corée – 2007

 

Casting

 

Kim Yoon-seok dans le rôle de Joong-ho Eom
Ha Jeong-woo dans le rôle de Young-min Jee
Yeong-hie Seo dans le rôle de Mi-jin Kim

Synopsis

Joong-Ho est un ancien flic véreux, qui après s'être fait viré de la police est devenu proxénète. Alors que deux de ses « filles » ont disparues, il reste convaincu qu'elles se sont juste enfuies. Mais il remarque qu'elles ont toutes les deux vu le même client avant de disparaître, et il vient tout juste d'envoyer Mi-Jin à cet homme. Inquiet, il part à sa recherche, mais trouve le client, Young-Min, seul dans la rue. Après l'avoir passé à tabac, les deux hommes sont emmenés par la police. Young-Min fait alors une affreuse déclaration : il aurait assassiné une dizaine de femmes. A eux de retrouver les corps. Joong-Ho part à alors en croisade seul, arpentant la ville à la recherche de Min-Jin, persuadée que Young-Min n'a pas eu le temps de la tuer.


 

Un thriller psychologique violent et poignant. La détresse du personnage principal est palpable et déchire le coeur. Alors même qu'au début du film il est fort, sûr de lui, il se transforme peu à peu en un homme qui doute, assaillit par les regrets, et même, par la peur. Kim Yoon Seok est ici magistral, mais son adversaire n'a rien à lui envier.

 

Ha Jeong-woo joue un psychopathe parfait, qui glace le sang très facilement.

 

Bien que le film souffre de quelques lenteurs, le scénario, lui, va pourtant à toute vitesse. En effet, ce drame se déroule en seulement quelques heures. C'est vraiment impressionnant de voir la métamorphose de Joong-ho au fil des heures. De même la relation qu'il crée, presque malgré lui, avec la fille de Mi-Jin est bouleversante. Cette petite fille bien trop mûre pour son age va le suivre à la recherche de sa maman, en lui faisant bien comprendre que de toute façon, tout est de sa faute.

 

Le fait de montrer Jeong-Ho courir à travers la ville, traduit d'autant plus son désespoir et son impatience. Cela intensifie le suspense s'il en était besoin. Ainsi, alors même que les premières lenteurs se font sentir, les courses effrénées du personnage principal redonne du rythme et permettent de ne pas perdre l'intérêt.

 

Cependant, arrivé environ à la moitié du film, le suspense a largement pris le dessus sur cette petite absence de rythme, et il n'est plus utile de le relancer. Dès lors, ce film pourtant lent, part dans un sprint final époustouflant, et nous conduit à un dénouement, logique, certes, mais affreux tout de même.

 

 

Ma note : 8/10

 



Publié dans cinéma asiatique

Commenter cet article