Braquage à l'anglaise

Publié le par SaphiraParker

C’est ce que j’appelle une surprise, et de taille.

 Dans un premier temps, parce que les personnes bien pensantes dont s’est déjà plaint à plusieurs reprises dans divers topics, dont celui-ci, ont encore fait très fort avec la traduction du titre : The Bank Job, est devenu, on ignore vraiment pourquoi, Braquage à l’anglaise. Du coup, toute personne un peu fan s’est imaginé qu’il s’agissait de la suite de Braquage à l’italienne. Ben non, absolument pas.

 Dans un second temps, quand on se penche un peu sur le film, on découvre que le réalisateur est l’australien Roger Donaldson. Et là, on se dit « Ô mon Dieu ! Cet homme est capable du pire (Guet apens, La mutante, Le pic de Dante) comme du meilleur (Cocktail, La recrue)! ».

 Pour finir, la bande d’annonce qui nous prédit une bonne partie de rigolade… et on sait que bien souvent, dans les films douteux de ce genre, seules les scènes de la bande annonce sont marrantes. Mais bon, on y va quand même ! Et la surprise est là.

 D’abord, parce que ce n’est pas du tout une comédie. C’est un film noir, très noir, avec une touche d’humour anglais (donc, noir lui aussi), des morts, du sang, de la violence…..

 Jason Statham est grand, plus que d’habitude, Saffron Burrows est magnifique, envoutante, les autres acteurs sont à leur place. Simulant la crétinerie au début, tous sont incroyables de réalisme quand le drame rattrape et dépasse le burlesque. On a pas le temps de pleurer avec eux, parce qu’eux-mêmes n’en ont pas le temps. Ca va vite, très vite, ça fait peur, ça fait mal, c’est dur. Très british, mais aussi très 70’s, ce film inspiré d’un fait divers qui a défrayé la chronique anglaise est très bien réalisé, très bien interprété.

 Mais moi, ça ne m’a pas suffit. Je n’ai pas adhéré, je me suis un peu ennuyée. Les scènes d’espionnage n’avaient selon moi pas leur place dans ce film. La participation du MI-5 est bien trop importante à mon goût, j’aurais préféré que la part belle soit faite aux flics londoniens, le seul duo honnête semble-t-il. Le Roi du porno Vogel, fait un peu trop psychopathe à mon goût. On a l’impression que tout est grossi, c’est trop gros pour être vrai.

 Ca sonne faux. Ma note : 6/10



Publié dans cinéma en général

Commenter cet article